Partagez | .
 

 Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar





Pseudo : Night Neko

Avatar : James McAvoy

Messages : 114

Date d'inscription : 09/09/2016




MessageSujet: Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre [libre]   Mar 13 Sep - 5:55


841 mots
libre
gif by tumblr
night neko
Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre

Une journée comme une autre. Elles se suivent et se ressemblent toutes. Les seules fois où la vie me semble moins morne sont quand je poursuis cet homme étrange avec son bras en métal. Je ne savais pas qu’il était possible de faire ça sur un être organique. Comment on-t-ils pu faire une chose pareille ? Mais je suppose que c’est trop abstrait pour moi, je suis un ordinateur, les choses doivent être logiques, des uns et des zéros. L’esprit humain est trop complexe pour moi, j’ai l’impression de me perdre et de m’approcher dangereusement d’un paradoxe. Je dois capturer des êtres organiques humanoïdes la plupart du temps, car ils ne sont pas comme les humains. Mais quelle est la différence entre eux ? Un humain n’est-il pas la même chose qu’un mutant ? Ils sont faits de la même manière, ils respirent le même air, ils mangent la même chose, ils fonctionnent exactement pareil. Je suis différent d’eux, je ne peux pas manger, je ne peux pas aimer, je ne peux pas dormir, je ne peux pas vivre comme eux. Je ne suis qu’un objet entre les mauvaises mains, mais personnellement, je n’ai absolument rien contre eux. L’homme au bras de fer par exemple. Pourquoi dois-je le chercher ? J’ai envie de l’attraper, car il arrive à m’échapper, mais si ce n’est pour cette raison, pourquoi le vouloir et pourquoi l’enfermer ? Pourquoi avoir peur d’eux ? Les surhumains.

Je regarde le ciel en soupirant, j’ai mon uniforme de soldat du laboratoire, mon visage était peu visible. On peut voir mes yeux bleus électriques, quelques mèches de mes cheveux, mais le reste est un peu flou. Je ne peux pas cacher mes yeux, j’en ai besoin pour repérer les mutants. Je suis avec un groupe de personne et nous nous dirigeons vers l’endroit où il y a le plus de mutants. La police ne nous demande rien de spécial, nous avons une autorisation et un des hommes se tourne vers moi pour me faire signe de passer l’endroit au crible. J’active mon détecteur et je regarde la foule. Je vois un ou deux mutants, mais ils sont dans les dossiers du gouvernement, ils ne sont pas hors-la-loi. D’ailleurs, leurs pouvoirs ne sont pas très importants. L’un d’eux peut connaitre le souvenir des objets et là-bas un autre fait pousser des fleurs, mais pas assez pour que ce soit dangereux. Je fais signe que je ne vois rien et il m’ordonne d’aller faire un tour dans une des rues transversales.

J’obéis, bien sûr, et je me dirige vers la rue qu’il m’indique. Je me sens bizarre aujourd’hui, une de ces journées où je me pose des questions sur ma création. Ils refusent que je pense par moi-même, mais alors pourquoi m’en avoir donné la possibilité ? Ils me reprogramment régulièrement, mais ils ne touchent pas à ce genre de détail. Ils me répètent que je ne suis qu’un objet alors pourquoi m’avoir donné assez de connaissance et de perception pour avoir envie de ne plus en être un ? Pourquoi m’avoir donné l’intelligence si c’est pour la brimer avec des mots et en me surveillant à chaque seconde de ma vie ? Je ne comprends pas, c’est paradoxal, vous ne trouvez pas ? Je ne suis pas humain, ne serait-ce pas plus simple pour eux de m’enlever tout ça ? Je me suis déjà demandé s’il était vraiment mes créateurs comme ils le prétendent. Mais du coup… d’où je viens ? Qui suis-je au final ? Que suis-je ? Je soupire vaguement et j’entends un bruit non loin de là. Je me retourne d’un coup et branche mon capteur, scannant la zone. Il y a des objets entre moi et la personne, je ne la vois pas, mais j’ai l’impression de l’entendre.
« Qui est là ? Montrez-vous ! »

Il faut que je sois prudent et j’ai mon fusil armé et prêt à tirer. Je suis obligé d’avoir un fusil, le laboratoire ne veut pas que l’on sache que je ne suis pas humain, pour éviter que le gouvernement ne fasse des recherches sur le laboratoire. Ils veulent avoir le champ complètement libre alors il faut cacher des choses. Cela me va, j’ai l’impression d’être presque humain et je donne un coup de pied dans une poubelle pour voir s’il n’y a rien derrière, il y a quelqu’un ou quelque chose. Un chat s’en va rapidement, me faisant un peu reculer. Ce n’était qu’un chat… Je baisse un peu mon arme, n’ayant plus l’impression qu’il y a quelqu’un, mais…
« Hum... Il semblerai qu'il n'y a pas qu'un chat dans cette rue...  Sors de ta cachette, je te trouverais quoi qu'il arrive. »

C’est la première étape, il faut que je sois menaçant. On m’a appris à faire les choses ainsi alors j’obéis sans me poser de question. J’espère que ce n’est pas un humain, je ne sais jamais quoi faire contre eux. Je ne peux pas les capturer, mais je ne veux pas m’approcher d’eux non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar





Messages : 25

Date d'inscription : 26/09/2016




MessageSujet: Re: Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre [libre]   Dim 9 Oct - 19:11


⊰ Ft Cryo S. Williams   

Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre



Depuis la chute officielle du S.H.I.E.L.D, la discrétion ne fut plus une bonne capacité mais elle devint quasiment vitale. Rendant chaque mission un peu plus corsée. Voir sa couverture voler en éclat n'est plus envisageable. Et encore moins en étant une mutante. D'habitude discrète, je me forçais à utiliser ma mutation de façon plus réfléchie. Hors de question de l'utilise la journée dans un lieu bondé de monde. Un regard posé sur moi pouvait faire voler en éclat ma couverture. Mieux valait jouer la citoyenne modèle.
Mais, n'étant pas du genre tête brûlée et préférant jouer la discrétion, me balader en plein jour au milieu de la foule. J'ai appris à connaître cette ville comme ma poche, n'utilisant que les rues plus calme. Dans l'ombre si possible.
Je connais maintenant Manhattan comme si j'y avais toujours vécu. J'approchais d'une rue un peu plus fréquentée et reculais immédiatement dans celle d'où je venais, qui était heureusement vide. Tout en me fondant dans les ombres. Je lâchais un juron et observais la rue, invisible aux yeux des personnes présente. La police. Je pouvais passer sous leur nez sans me faire prendre, mais la simple idée que cette option soit un échec bloqua l'ensemble de mes muscles. Je ne m'engageais jamais dans une situation lorsque je n'étais pas sure que tout se passe exactement comme je le prévoyais.
C'était le cas de celle-ci. Je soupirais et fit demi-tour. Je perdrais quelques minutes mais je préfère ne pas pendre de risque. Prudence est mère de sûreté. Merci papa pour ce dicton m'ayant sauvé les fesses plus d'une fois. Et puis, je ne suis pas à cinq minutes près pour rentrer chez moi.
Revenant sur mes pas, toujours dissimulée dans les ombres de la ruelle, des bruits de pas brisèrent le silence de la rue. Je me retourne et me cache derrière une benne, simple prudence.
« Qui est là ? Montrez-vous ! »
Je fermais les yeux et m'adossais sans bruit au mur. Le bruit d'un fusil qu'on arme me fit brusquement ouvrir les yeux. Visiblement il ne lâcherait pas l'affaire. Quelques instants plus tard, l'homme frappa dans une poubelle quelques mètres avant ma cachette improvisée. Un chat s'échappa, probablement à moitié traumatisé d'être réveillé ou interrompu dans son repas de la sorte.
« Hum... Il semblerai qu'il n'y a pas qu'un chat dans cette rue...  Sors de ta cachette, je te trouverais quoi qu'il arrive. »
Je réfléchis à la vitesse de la lumière, cherchant une excuse à ma présence ici et à mon refus d'obéir à sa première sommation. N'en trouvant pas je décide de faire disparaître mon camouflage et de me relever de derrière la benne. L'air le plus naturelle possible.
Intérieurement, je ne nie pas que le stress me ronge. Mais rien ne paraît de l'extérieur . Mon visage est parfaitement détendu et je me met face à lui en levant les mains au niveau de ma tête. Je garde le menton haut et hausse un sourcil
« N'ai-je pas droit d'aimer moi aussi les ruelles, sombre et puante comme ce chat ? »
Je montrais du pouce l'endroit par lequel s'était enfuit l'animal, un léger sourire prenant doucement place sur mes lèvres. Je détaillais la personne me faisant face. L'uniforme m'indiqua exactement à qui j'avais affaire. Le laboratoire Fragile X . J'avais déjà enquêté sur eux et ce que j'avais pu apprendre était tout sauf rassurant. Ils avaient les mutants dans le collimateur et ne semblaient pas prêt à lâcher l'affaire. Je fixais l'homme qui me tenait toujours en joue et mis quelques secondes à le reconnaître. Je retins de justesse un soupir de soulagement face à ses traits plus ou moins familier. Il faisait partit du laboratoire mais il ne savait rien sur moi. Du moins rien de concret, comme le fait que je sois mutante ou que je fasse partie du S.H.I.E.L.D. En bref, tout ce que ne voulais pas qu'il sache, il l'ignorait. Et c'était tant mieux pour moi. Dans un sens, j'avais eu un coup de chance.
Je déplaçais mes mains pour les mettre devant moi, toujours paume ouverte face à lui et je pointais son arme de l'index doucement.
« Vous pourriez baisser ça ? Me faire fusiller n'est pas vraiment dans mes envies du jour. Ni dans mes envies tout court d'ailleurs. »
Je haussais les épaules en lui lançant un sourire amusé. Jouer la comédie était devenue une seconde nature chez moi. Et être amicale pourrait peut-être m'être utile ici. Si j'arrivais à retourner la situation, j'arriverais peut-être à obtenir des informations supplémentaires.
code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 815 WORDS.




Nyx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les bombes atomiques robots n’ont ni choix à faire ni décisions à prendre [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Choix de Sponsors #2
» Le choix des semis-elfes
» Que faire avec le choix 2012?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NEW YORK :: Manhattan :: MIDTOWN :: 5TH AVENUE-